L’économie de l’Open Source

open sourceL’Open Source permet une économie de 450 Milliards d’euros par an dans la zone économique européenne, selon une étude récente (11 octobre 2012) publiée à Bruxelles. Ainsi, en utilisant ces technologies libres, l’Europe économise 114 Milliards par an, ce qui permettrait un investissement de 342 Milliards sur la même période.
La France aurait même une place de leader en la matière, et c’est une des raisons pour laquelle Paris héberge The Open World Forum depuis cinq années, grâce, entre autres, aux initiatives de Jean-Louis Missika.

Ces chiffres seuls devraient être suffisants pour enlever cette image résiduelle, pour certains, d’un Open Source cantonné à quelques bidouilleurs anarchiquement organisés et sans réelle perception économique. Car dans cette réalité économique actuelle, si l’Open Source permet de réduire certains coûts, son recours en forte croissance démontre également que son utilisation est génératrice de bénéfices.

Par ailleurs, l’implication par exemple de société telle que Microsoft dans la fondation Apache (Platinium Sponsor) ou l’arrivée récente d’un poids lourd du jeux vidéo, Valve, via sa plate-forme Steam, dans l’univers Linux, pour ne pas citer le succès d’Android, démontrent la réalité économique de ce courant de l’industrie informatique; car ne nous y trompons pas, les raisons de tels investissements sont d’abord des raisons de stratégie financière, et cela signifie qu’il peut y avoir, dans certains cas, un réel retour sur investissement à incorporer une dose de stratégie Open Source.

La richesse technique de l’Open Source

Les solutions Open Source en informatique adressent, en plus des besoins de l’utilisateur classique, RH, CRM, MAO, DAO, SIG etc…, une large ensemble des problématiques rencontrées en IT, que cela soient les métiers de l’AS (développement) comme ceux de l’IS (infrastructure). Et si cette offre est riche en terme de quantité, elle l’est également en terme de qualité, et un exemple typique de cette réussite qualitative et le video player VLC qui, à juste titre, écrase littéralement la concurrence – pour ne pas citer le serveur HTTP Apache avec plus de 60% de parts de marché!

Et pour illustrer ces propos, voici ci-dessous la liste des meilleures solutions Open Source 2012 sélectionnées par InfoWorld:

Cette richesse et cette variété technique explique l’utilisation grandissante de solutions Open Source dans le monde, solutions qui n’ont parfois même pas leur équivalent dans les solutions payantes et qui participe largement à l’adoption de certains produits (citons le logiciel Calibre par exemple).

Ainsi, la viabilité de l’approche du développement informatique, basée sur des réseaux sociaux et la collaboration, et où les acteurs sont éloignés les uns des autres, est démontrée largement par ces succès. Les outils sur lesquels cette approche est basée montrent également leur efficacité et leur professionnalisme. Et, dans ce cas aussi, n’aurait-on pas intérêt à incorporer une dose d’Open Source dans les projets informatiques que cela soit dans l’approche ou dans les outils ?

Le dilemme du choix

Être libre c’est avoir le choix et pouvoir l’exprimer librement.
Malheureusement, avec ce panel d’offres vient la problématique du choix de la solution à adopter pour son problème qui, souvent, est à l’origine de querelles de clochers, loin de l’analyse des besoins du contexte que la solution doit couvrir. Et c’est la raison pour laquelle de nombreux décideurs favorisent certains écosystèmes fermés, qui ont l’avantage de la tranquillité d’esprit qu’offre l’absence relative de choix.
Chacun de ces deux aspects ont des coûts et des risques différents, mais qu’il convient d’analyser au regard de ce qui est présenté dans les chapitres précédents. Par ailleurs cette démarche d’analyse face aux choix, permet également d’affiner le besoin et les objectifs ce qui ne peut être que bénéfique au projet.

Il est souvent été reproché aux solutions Open Source d’avoir un coût induit dû à la complexité de mise en œuvre et un support de qualité inexistant, mais cette aspect, réel il y a quelques années, est désormais largement diminué par l’industrialisation des projets, la multiplication des communautés et autres wiki et l’accroissement du nombre de sociétés qui proposent ces services de manière à remplir cette niche économique.

Le futur de l’Open Source

L’accroissement de l’économie Open Source renforce son intérêt et attire de ce fait plus d’acteurs et de consommateurs. Sa popularité est visible maintenant et est largement due à la richesse et de la fiabilité de certains produits. La prise en compte de cet écosystème est largement faite par les industriels qui en profitent pour adosser parfois leurs produits à des solutions Open Source.

Conclusion

Si l’Open Source ne génère pas directement de revenus (en général), il génère assurément de la richesse à partir de laquelle on peut envisager de faire des revenus. Par ailleurs la manière de fonctionner de l’Open Source, basée sur la collaboration et le partage, peut être transmise et adoptée en partie par les sociétés ou services informatiques. On peut peut-être voir un virage dans ce sens par l’adoption récente aux réseaux sociaux d’entreprise.